L’orthographe rectifiée de 1990, c’est quoi ?

Dernière mise à jour : 12 juin


Au départ, il s’agissait d’un rapport du Conseil supérieur français de la langue française, paru le 6 décembre 1990 dans la rubrique « Documents administratifs » du Journal officiel de la République française. Dans ce rapport, une liste de nouvelles règles d’orthographe (validée par l’Académie française) a été rédigée afin de simplifier des aspects précis de la langue et de rectifier, par la même occasion, des anomalies orthographiques isolées, leur rendant une meilleure cohérence étymologique.


Dans les années qui suivent, ces règles sont très peu mises en application, n’ayant été présentées que comme de simples recommandations. Elles reviennent cependant dans les actualités en février 2016, lorsque le ministère de l’Éducation nationale décide de faire entrer l’orthographe rectifiée dans certains manuels scolaires. Ces manuels portent la mention « Nouvelle orthographe », montrant toujours le caractère préconisé mais pas obligatoire de ces rectifications. Encore aujourd’hui, ces dernières ne sont présentées que comme de simples recommandations et, bien qu’elles soient de plus en plus présentes, l’ancienne orthographe, dite « traditionnelle », demeure l’usage principal.


Dans les faits, certaines règles ont été effectivement adoptées par un grand nombre de personnes, souvent même sans qu’elles le sachent. D’autres règles n’ont cependant été que timidement appliquées jusqu’à maintenant, en France, en tout cas. La mentalité conservatrice des Français concernant la langue ne fait pas progresser rapidement l’intégration de ces rectifications, contrairement à d’autres pays francophones comme la Belgique, la Suisse ou la province du Québec qui adoptent bien plus volontiers la nouvelle orthographe.


Je vous propose une présentation des différentes règles de la nouvelle orthographe dans une série d'articles disponible sur le blog dans la catégorie « L’orthographe rectifiée de 1990 ».

44 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Certains mots sont traditionnellement écrits avec un accent aigu alors que leur prononciation tend plutôt vers le [ɛ] au lieu du [e], incitant à mettre un accent grave. Le cas le plus célèbre est l’ac